Rose Magazine parle de l’arrivée du tatouage 3D made in USA en France!

Ce matin, mon projet prend une nouvelle tournure avec la publication sur le site web de Rose Magazine, consacrée à l’arrivée en France de la technique venue aux Etats-Unis pour le tatouage 3D de l’aréole et du mamelon…

Dix minutes plus tard, j’avais ma première patiente au téléphone!

On peut réellement changer de regard sur la maladie quand on fait les bonnes rencontres, et il est bon d’informer médecins et patientes de cette nouvelle alternative.

Bonne lecture!

http://www.rosemagazine.fr/magazine/societe/article/alexia-tatouage-sein-cancer

Reconstruction du sein après mastectomie: dermopigmentation médicale ou tatouage 3D?

Après l’épreuve de l’annonce, puis celle des traitements (chimiothérapie, radiothérapie et hormonothérapie), la chirurgie est une étape cruciale dans la prise en charge du cancer du sein.

Quand la mastectomie (ou ablation du sein) est inévitable, la reconstruction se fait sur des mois ou parfois des années, rendant difficile l’acceptation de ce corps qui change et qui ne ressemble plus à ce qu’il était avant la maladie…

Le travail du chirurgien est bien sûr la pierre angulaire de cette étape, et il saura au mieux indiquer à sa patiente quel geste il choisira pour reconstruire le sein après son ablation. Le type de cicatrices et la technique utilisés, ainsi que le choix de prothèses adaptées ou bien d’injections de graisse vont pouvoir donner un résultat esthétique satisfaisant au fil des mois.

Après la reconstruction du volume du sein, la reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire (ou PAM) est la dernière étape de la prise en charge si cele-ci n’a pas pu être conservée. Elle est faite avec un lambeau de peau enroulé qui restaure le volume du memelon, ou bien avec des tissus prélevés dans la région du pli de l’aîne où la peau est naturellement plus pigmentée, ou encore avec une partie du mamelon controlatéral.

Le tatouage est une alternative simple pour cette reconstruction et consiste à injecter dans le derme des pigments recréant la coloration de l’aréole et du mamelon.

La technique la plus couramment utilisée est la dermopigmentation médicale, en milieu hospitalier, et consiste à injecter des pigments stériles, avec un dermographe électrique. Ces pigments ont malheureusement de par leur composition une tendance naturelle à s’affadir avec le temps et il faut alors procéder à une reprise du geste tous les 18 mois à 2 ans.

Certains cabinets d’esthétique proposent le même genre de prestation, avec un résultat esthétique certes plus satisfaisant mais avec la même contrainte quant à la durée de vie du pigment, avec la qualification de “maquillage semi-permanent”.

 

Acte de dermopigmentation médicale avec dempographe et pigments stériles
Résultat immédiatement après dermopigmentation médicale

Le tatouage de reconstruction en 3-dimensions de l’aréole et du mamelon est une technique qui a été développée au Etats-Unis et qui utilise la technique du tatouage traditionnel (machines à tatouer et matériel à usage unique et pigments permanents), pour recréer l’illusion du relief et de la texture de l’aréole ainsi qu’un effet en trompe-l’oeil de la protrusion du mamelon.  La couleur et la forme du mamelon et de l’aréole sont déterminés avec soin et la technique de tatouage sera adaptée au type de chirurgie et aux cicatrices présentes.  Une première séance est réalisée une fois la prise en charge chirurgicale terminée, et après quelques jours de cicatrisation, la teinte définitive sera atteinte (les pigments sont très foncés les premiers jours puis s’éclaircissent en quelques semaines pour se stabiliser). Une séance de retouche trois à quatre mois plus tard permettra d’adapter la teinte ou d’augmenter les contrastes en fonction des souhaits de la patiente.  Le résultat sera alors définitif et ne nécessitera pas de reprise dans le temps.

Matériel utilisé pour le tatouage en 3-D de l’aréole et du mamelon
Résultat avant et immédiatement après un tatouage en 3 dimensions de l’aréole et du mamelon et correction de l’aréole controlatérale

Les suites et soins sont identiques avec les deux techniques: un pansement sera posé sur la partie tatouée pour la protéger le premier jour, puis à partir du lendemain, un lavage à l’eau et au savon, un séchage et l’application d’une crème cicatrisante permettront une bonne cicatrisation du tatouage.

Le choix de l’une ou de l’autre des techniques est propre à chaque patiente; la dermopigmentation médicale étant réalisée à l’hôpital, elle peut être prise en charge par l’assurance maladie. Le facteur économique est un point important mais la nécessité des retouches et l’aspect moins naturel du fait de la technique peuvent faire hésiter certaines patientes qui n’envisagent pas de se faire repigmenter tous les deux ans. Le tatouage 3D est une solution plus onéreuse mais avec un aspect plus réaliste et durable.

Les tatoueurs traditionnels ont généralement peu pratiqué cet acte de reconstruction du mamelon, et la technique n’est enseignée pour le moment qu’aux Etats-Unis. Les patientes n’ont pas forcément ni l’idée ni l’envie de pousser la porte d’un salon de tatouage traditionnel et un lieu dédié, confidentiel et professionnel est impératif pour leur assurer un résultat satisfaisant et durable… C’est à cette condition qu’elles pourront se reconstruire pleinement et retrouver féminité, confiance en elle et séduction.

Portrait

Je m’appelle Alexia Cassar. J’aurai 40 dans quelques semaines. Et je change de vie!

Après 15 ans dans la recherche sur le cancer et divers postes de l’industrie pharmaceutique aux unités de recherche en Oncologie, j’avais le sentiment de ne pas vraiment aider les patients autour de moi…

La leucémie de ma plus jeune fille, alors âgée de 10 mois,  m’a forcée à revoir mes priorités et à chercher une voie dans laquelle je pourrais à la fois conjuguer ma passion pour l’oncologie, mon envie profonde d’aider les patients et mon besoin d’être plus présente auprès de miens.
La vidéo virale de Vinnie Myers a fait le reste… Si vous ne le connaissez pas, regardez la vidéo dans l’article qui suit!
Je me suis rendue compte que le tatouage, qui pour moi avait été comme une sorte de psychothérapie accélérée dans les moments difficiles de ma vie pouvait aussi devenir une source de réconfort pour les patientes après un cancer du sein, en les aidant à retrouver leur estime de soi et la part de féminité qu’on leur a arrachée avec l’épreuve du cancer…
J’ai cherché partout pour savoir où je pourrais apprendre cette technique et ai constaté qu’elle n’était pas du tout développée en France. Les tatoueurs n’avaient eu que peu de demandes de tatouage d’aréole, et la dermopigmentation médicale était tout sauf satisfaisante sur le plan esthétique et reconstructeur du fait de sa disparition progressive et du manque d’adaptation aux peaux et aux histoires des patientes.
Je suis allée voir un tatoueur près de chez moi avec mes dessins sous le bras (je suis quasiment née avec un stylo à la main!) et lui ai parlé de mon projet… et il a été assez fou pour me proposer de venir en apprentissage chez lui!
Prête pour une journée tattoo!
J’ai alors décidé de plaquer mon boulot de responsable médicale en hématologie qui me prenait beaucoup de temps et de venir me former à cet art auprès d’une équipe de tatoueurs super accueillants! J’ai commencé mon apprentissage par de l’observation; j’ai assisté à la formation à l’hygiène et salubrité obligatoire pour tout tatoueur et tatoué ma première cobaye quelques mois après!
A l’automne je suis partie me former auprès de la seule société qui fabrique et commercialise les pigments de dermopigmentation mais j’ai compris qu’il ne fallait pas s’arrêter là… les pigments labiles ne durent pas et obligent les patientes à repasser sous les aiguilles, pour un résultat pas forcément aussi réaliste qu’on le voudrait…
J’ai contacté le grand Vinnie qui m’a répondu gentiment qu’il ne faisait pas de formation car il fallait des mois pour apprendre le tatouage 3D du mamelon. Déçue mais reconnaissante j’ai continué à fouiner!
Une amie m’a envoyé un article sur une tatoueuse Canadienne qui faisait du tatouage 3-D et par chance, elle enseignait cette technique à des tatoueurs nord Américains sur des sessions de formation courtes. Je l’ai contactée et me suis inscrite à la session de janvier dès l’ouverture du créneau; j’ai pris un billet d’avion dans la foulée et trois mois plus tard je partais pour San Antonio…
Mon premier tatouage en 3 dimensions de l’aréole et du mamelon à San Antonio (USA)
Au milieu de tatoueuses expérimentées et de professionnelles du maquillage permanent j’ai enfin pu apprendre ce qu’il me fallait pour mettre ce rêve à portée de ma main et sur place j’ai fait mon premier tatouage 3D sur une magnifique patiente six ans après sa double mastectomie…
Je  crois avoir vécu un des instants les plus émouvants de ma vie (en dehors de la naissance de mes trois filles!) et partager ce moment entre sourires et larmes avec les patientes est une source d’énergie illimitée pour moi!
Je suis à ce jour la seule tatoueuse européenne formée à cette technique de reconstruction, que je souhaite rendre accessible aux patientes françaises.
Tatouage de l’aréole et du mamelon, 6 ans après une double mastectomie prophylactique.
J’ai pu réaliser de nouveaux tatouages d’aréole depuis  avec un résultat qui dépasse de loin mes propres attentes et suis en contact avec une équipe de chirurgiens de Gustave Roussy avec qui je travaille depuis le début pour recevoir bientôt des patientes.
Tatouage d’aréole et mamelon en 3-D après mastectomie, reconstruction par prothèse et greffe de mamelon
Tatouage de reconstruction en 3-D du mamelon et de l’aréole et correction d’aréole controlatérale pour un résultat naturel en trompe-l’oeil
J’ai assisté à un congrès sur la reconstruction par prothèse en janvier 2017, pour bien comprendre ce par quoi passent les patientes et je continue à assister à des conférences scientifiques sur le traitement du cancer du sein pour garder mes connaissances en oncologie au top!
J’exerce en parallèle une activité en free-lance de  rédaction médicale de protocoles (cancer de l’ovaire) et aussi de matériel pour les labos en Oncologie… c’est le socle de la société que je monte avec une couveuse d’entreprises et qui s’appelle “The Peony Company”.
Je prévois de mettre en place un  projet de crowdfunding pour m’aider à financer la construction d’un salon dédié à 100% à la reconstruction après cancer du sein; dans mon jardin au milieu de la nature, pour un cadre qui ne soit ni un cabinet médical, ni un salon de tatouage et pas non plus un cabinet d’esthétique… je rêve de cet endroit comme un cocon douillet où les patientes auront un temps pour laisser derrière elles le vécu douloureux et entamer le nouveau chapitre de cette nouvelle vie avec une image d’elles mêmes restaurée…. et pour cela il va me falloir mobiliser la générosité!
MERCI de faire partie de cette aventure incroyable!